Consultations thérapeutiques

En tant que psychologue et psychothérapeute, je reçois dans mon cabinet à Loire-sur-Rhône (69) des personnes pour tout type de problématiques, principalement des adultes. Etant spécialisée sur les blessures d’attachement et les troubles de la personnalité borderline, j’ai de nombreux patients qui viennent me consulter pour des souffrances liées à des traumatismes de l’enfance et des difficultés présentes d’ordre relationnel et émotionnel intenses.

Bien plus finalement que toutes les formations que j’ai pu faire depuis mes études de psychologie à l’université Paris 8, mon expérience en psychiatrie au CHU de Saint Etienne m’a appris et m’apprend toujours beaucoup. Riche de cette pratique parfois difficile mais si complète, je travaille de manière assez directe avec ceux et celles que j’accompagne. J’acquiers en effet au fil des années d’expérience institutionnelle une perception plus fine et plus rapide de ce qui est au cœur des problèmes psychiques et physiques de la personne qui vient me voir. Mon style thérapeutique (car tout thérapeute a sa propre couleur) est souvent décrit comme à la fois doux et bienveillant mais aussi direct et bousculant si nécessaire. Je crois en effet que, pour reprendre et paraphraser Winnicott, tout soignant doit être pour son patient « la mère suffisamment bonne » mais aussi « le père suffisamment mauvais ». Il s’agit d’accueillir, de réconforter, d’être le havre de sécurité sécurisant indispensable au travail de remaniement des modèles internes bien sûr, mais à d’autres moments il est essentiel de recadrer, de déstabiliser et d’être ainsi la base de sécurité soutenante mais challengeante dont a besoin la personne pour sortir de sa zone de confort et ainsi évoluer sensiblement et durablement.

Des différentes approches théoriques et pratiques que j’ai étudiées, trois d’entre elles ont forgé peu à peu ma manière de travailler :
la thérapie brève centrée sur les solutions, la psychologie énergétique et enfin le champ de l’attachement.

La thérapie brève centrée sur les solutions

La thérapie brève orientée vers les solutions se concentre sur la santé mentale, les ressources et les succès des personnes plutôt que sur la maladie, les déficits et les échecs. Elle s’intéresse davantage au présent et au futur qu’au passé. L’important n’est pas tant de savoir pourquoi on souffre de tel problème mais comment on va s’en sortir. Le travail se centre sur l’objectif et la recherche de solutions, et se base sur les compétences et les ressources que l’individu possède pour changer ce qui lui fait problème.
L’approche brève orientée vers les solutions se distingue également des autres approches psychothérapeutiques par la place qui est faite au patient. Celui-ci est considéré comme l’expert pour identifier les solutions les plus efficaces à sa propre problématique. Pour y parvenir, le thérapeute l’accompagne par ses questions et interventions. L’expertise de la personne est sollicitée également pour fixer elle-même la fréquence de chaque consultation. Cette façon de travailler raccourcit le suivi et favorise le maintien des améliorations obtenues, car elle fait appel à la propre créativité de la personne et à sa responsabilité.

La psychologie énergétique

Technique la plus connue en psychologie énergétique, l’EFT (Emotional Freedom Techniques : technique de libération émotionnelle) dérive de la médecine chinoise et est souvent appelée acupuncture émotionnelle. La pratique de l’EFT, en séance avec le thérapeute et/ou seul, permet à la personne d’apaiser et de mieux vivre ses émotions jugées négatives, telles que l’angoisse, la colère, la honte, la tristesse, la culpabilité…. 

Il s’agit de tapoter certains points spécifiques du visage, du haut du corps et de la main qui sont situés sur nos méridiens et en constituent les portes d’entrée. En tapotant tout en pensant à ce qui nous dérange (en le verbalisant), la personne rééquilibre le flux énergétique : le nœud se desserre peu à peu et finit par se dénouer complètement au fur et à mesure des tapotements. La personne conserve la mémoire de l’événement difficile mais n’en ressent plus la charge émotionnelle qui l’accompagnait. 

Matrix Reimprinting, développée par Karl Dawson, est une technique d’EFT avancée qui combine les principes de la psychologie énergétique avec ceux de l’hypnose. Elle permet de travailler sur les parties profondes de notre personnalité, le plus souvent les parties traumatisées et refoulées, qui guident inconsciemment notre façon de fonctionner et génèrent les symptômes ou problèmes qui nous amènent en thérapie.  En effet nous conservons dans nos champs énergétiques ou morphiques des événements stressants et traumatiques vécus dans le passé qui sont à l’origine de comportements, de masques sociaux ou de symptômes (addictions, phobies, allergies…). Ce sont ces parties de soi, souvent dissociées et inconscientes, que la personne retrouve grâce à l’ EFT et Matrix et qu’elle peut ensuite “soigner”. 

L’attachement

Conceptualisé à l’origine par John Bowlby et Mary Ainsworth puis enrichi par des décennies de chercheurs et cliniciens passionnées, le champ de l’attachement est un domaine de connaissances et de pratiques psychothérapeutiques vaste et complexe que j’ai découvert en 2013 et qui ne cesse de me passionner depuis.
Toujours difficile de définir en quelques mots ce qu’est l’attachement, mais je m’y essaie par cette phrase : l’attachement s’intéresse à tous nos liens affectifs de longue durée dans lesquels la sécurité (ou l’insécurité) joue un rôle clef. Sont donc concernés nos liens avec nos parents, nos compagnons/compagnes, nos amis proches, nos enfants, nos frères/sœurs et aussi nos thérapeutes ou soignants qui nous accompagnent de manière investie sur notre chemin de vie.
L’approche attachmentiste (néologisme sympathique) des grands cliniciens tels que Diana Fosha, Marsha Linehan ou encore Irvin Yalom m’inspire au quotidien dans ma pratique. Celle-ci est résolument tournée vers la constitution et l’approfondissement de cette fameuse alliance thérapeutique qui est la base de tout bon travail sur soi. Sans relation de sécurité mais aussi d’affection (surtout pour les personnes très traumatisées) entre le patient et son thérapeute, il ne peut y avoir de réelle alchimisation intérieure et de guérison profonde des parties blessées selon moi.
Les techniques telles que l’EFT ou d’autres sont très utiles pour cette aventure qu’est le travail sur soi, mais l’essence-ciel est dans la constitution d’une relation thérapeutique vraie, authentique et forte à travers laquelle le patient pourra rejouer ses vieux patterns émotionnels (classiquement appelés le transfert) mais surtout pourra les transformer en vivant une expérience relationnelle correctrice d’écoute et de soutien.